top of page
  • Photo du rédacteurLe cercle D.E.litt

L'hôtel des oiseaux

Autrice/Joyce Maynard/Lu pour vous par Rose-Lire


Il est des écrivains que vous aimez, suivez tout au long de votre vie et qui ne vous déçoivent jamais. C'est mon cas pour Joyce Maynard.

Pourtant j'ai eu bien peur en commençant son dernier livre d'être trop peinée pour le continuer.


En effet, l'héroïne de 27 ans, dès le premier chapitre, se trouve sur le pont du Golden Gates à San Francisco, prête à sauter. Trop de douleurs!... Mais tel un zombie, elle s'éloigne du pont et prend conscience que toute vie est précieuse, même la sienne.


Commence alors le récit de son étrange enfance plutôt traumatisante auprès d'une mère genre hippie, de ses compagnons successifs, un surtout si bon avec elle, puis sa fuite précipitée avec sa grand-mère.


Plus tard, elle connaîtra l'amour et un bonheur qui durera quatre ans. La disparition soudaine de cette vie heureuse motivera sa fuite vers une île d'Amérique centrale...


Et là, dans un hôtel délabré, au milieu d'une nature luxuriante et encore intouchée, la jeune femme va se reconstruire. Sa bienveillance, son absence d'égoïsme, son humanité profonde va l'amener à connaître les habitants pas toujours dénués de mauvaises intentions.


Les chapitres sont courts et chaque détail est important car si parfois on peut croire à une juxtaposition de portraits, de descriptions foisonnantes, on s'aperçoit que tout est pensé et s'imbrique: le fameux climax de ces romans magnifiques juste avant l'épilogue qui laisse une grande satisfaction quand nous refermons le livre et abandonnons à regret une héroïne qui restera dans un coin de notre mémoire.



12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page