• Le cercle D.E.litt

Les garçons de l'été

Mis à jour : janv. 11

Autrice / Rebecca Lighieri

Lu pour vous par Rose-Lire


La couverture lumineuse de ce livre est tout à fait trompeuse. Cette mer bleue, ce ciel céruléen, ce bel athlète bouclé avec sa planche de surf sous le bras, ce titre aussi pourraient amener à espérer un de ces livres feel good souvent un peu mièvres qui ramènent au bonheur des vacances.

Pas du tout ! Ce livre est d’une grande noirceur que j’ai malgré tout trouvé réjouissante…

Imaginez une famille bourgeoise, très aisée, père pharmacien, mère parfaite, élevant ses trois enfants de façon admirable dans leur luxueuse maison de Biarritz…

Les deux aînés Thadée et Zachée ont une passion le surf ! La troisième Ysé, venue plus tard, est pratiquement inexistante pour la mère Mylène qui est béate d’admiration pour ses deux garçons si beaux, si intelligents, surtout l’aîné Thadée qu’elle idolâtre depuis sa naissance.

Chacun des personnages va se raconter dans des chapitres écrits à la première personne et très vite le malaise s’installe quand Thadée, parti surfer à la réunion évoque une scène d’amour, de viol plutôt où il étrangle une camarade de surf.

Le passage est ambigu : est-ce vrai ? est-ce un fantasme, un cauchemar… Le lecteur reste sur ses interrogations.

On oublie très vite ce moment car Zachée, parti lui aussi à la Réunion, appelle sa mère pour l’informer que Thadée vient d’avoir sa jambe boulottée par un requin… !

Et c’est la révélation de tous les caractères : la grande bourgeoise, méprisante, raciste, profondément snob, toujours de mauvaise foi, ne va plus cacher sa préférence pour l’aîné. Comment le bel éphèbe pourra-t-il continuer à faire l’admiration de tous si son physique si exceptionnel est amoindri ?

Le père lui, est plus humain mais il dissimule, croit-il, bien des secrets peu avouables.

Zachée montre sa bienveillance, sa bonté et on devine que lui, qui ne cherche jamais à paraître, est le personnage exceptionnel qui excitera la jalousie de son frère.

Il faut se plonger dans cet univers du surf (même si personnellement, j’ai zappé sans remords certaines pages très techniques sur ce sport et son vocabulaire bien particulier) détester avec jubilation certains personnages, réfléchir avec d’autres et espérer une punition pour les mauvais…

Ne manquez pas ce livre déstabilisant qui montre une grande habileté de l’auteure à manipuler le lecteur, le faire aussi se sentir intelligent. Et la dernière page tournée, il est bon de revenir au début et certains faits s’éclairent sous un autre jour.

Je croyais que c’était le premier livre que je dévorais de Rebecca Lighieri . Mais dans les derniers chapitres où apparaît Ysé, la benjamine ignorée, j’ai eu un flash : mais oui, Ysé m’a rappelé la petite Farah dans « Arcadie », prix du livre inter de Emmanuelle Bayamack-Tam.

Bon sang ! mais c’est bien sûr : Rebecca Lighiéri est un pseudo et sous ce nom, elle écrit des romans noirs ou pour la jeunesse. Encore de belles pages à découvrir !








19 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

1991