• Le cercle D.E.litt

Ma vie de cafard

Autrice / Joyce Carol Oates

lu pour vous par O’No


Quand j'ai débuté la lecture de ce livre deux phrases m'ont particulièrement interpellée. " C'était le matin du dernier jour de mon enfance." " Quand je savais que Maman veillerait sur moi et veillerait à ce qui ne m'arrive rien de mal, même si ce mal était Papa". C'est Violet Rue Kerrigan, fille cadette d'une fratrie de sept enfants composée de quatre garçons et de trois filles, qui parle.

Le père, solide gaillard d'origine irlandaise, a adoré successivement ses trois filles pendant leur petite enfance mais il fait de la petite dernière sa préférée .Son comportement avec ses garçons est bien différent de celui qu'il a avec ses filles. Il considère que le monde est inexorablement partagé entre hommes et femmes dans un rapport de valeur au profit des hommes. Il a hérité de son père un fichu caractère et de sérieux penchants pour l'alcool. Ses comportements comme ses jugements sont abrupts et les non-dits à l'intérieur du cercle familial peuvent être ravageurs. De son engagement au Vietnam à dix neuf ans, qu'il regrette, il refuse de parler en famille. Ce passé traumatisant est souvent à l'origine de beuveries, entre anciens engagés.

La narratrice, par petite touches, dresse le portrait des membres de la famille et bien qu'elle se dise heureuse et choyée, des faits dont on ne parle qu'à demi mots l'inquiètent. Les attitudes comme les agissements de certains de ses frères lui font craindre le pire.Et le pire va se produire. Cette vie heureuse de petite fille préférée va brusquement être interrompue pour se transformer en cauchemar. Violet va alors découvrir que toutes les bonnes paroles proférées sont vaines puisqu'elle va se trouver bannie de sa propre famille. C'est sa nouvelle vie de cafard qui commence , ce sera une lutte quotidienne pour survivre à une telle déchirure et se reconstruire.

Tous les maux de l'Amérique (viol, violence, alcool, déni de justice, racisme, sexisme ) sont concentrés dans le récit et la finesse psychologique de l'auteur n'arrive pas à gommer la violence des situations. L'auteur met en balance la nature et la force du lien familial avec le désir de justice quoi qu'il en coûte.

Ce récit est dur par les sujets qu'il aborde mais l'héroïne particulièrement attachante m'a obligée à tenir jusqu'au bout et je ne le regrette pas.

Joyce Carol Oates est née aux États Unis en 1938 elle est l'auteur d'une œuvre considérable distinguée par des prix littéraires en Amérique et à l'étranger.




23 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout