top of page
  • Photo du rédacteurLe cercle D.E.litt

Son odeur après la pluie

Auteur/Cédric Sapin-Defour/Lu pour vous par O'no


"C’est le chien qui élève son maître et non l’inverse" écrit Jean-Paul Dubois dans la préface de ce livre. La lecture du récit a réveillé en lui les souvenirs enfouis de la relation qu’il a eue avec son chien aujourd’hui disparu. Elle a été pour lui le révélateur de sentiments qu’il avait éprouvés et qui ont refait surface, tombant à propos.


Pour l’histoire que l’auteur veut nous conter, l’entrée dans le sujet ne laisse planer aucun doute, on devine toute l’importance que ce chiot, un bouvier-bernois nommé

Ubac, va prendre dans la vie de l’auteur. Il s’agit bien d’un animal et pourtant il va occuper la place d’une personne à part entière. Cette relation entre les deux personnages déborde de tendresse, d’émotions, de justesse. On est séduit par l’authenticité des situations et des sentiments. Qui a eu un chien auprès de lui se reconnaîtra en miroir dans ce récit fait de moments tendres, émouvants, poignants mais aussi poétiques. Ce texte est une ode à l’amour, une ode à la vie.


J’ai aimé ce livre, mais, dans les premiers chapitres mon enthousiasme a été freiné par le manque de fluidité de l’écriture. De digressions en considérations abstraites on se perd dans les périphrases et on a du mal à suivre le fil de la pensée de l’auteur.

Pourtant, ces considérations philosophiques, existentielles ou autres, ne manquent pas d’intérêt et dans des phrases moins emberlificotées elles seraient plus percutantes. Fort heureusement, en deuxième partie, la lecture devenant plus fluide on peut en apprécier la profondeur et la poésie.


Alors, bonne lecture à vous aussi que vous ayez ou non fait l’expérience d’un chien auprès de vous.



20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page