top of page
  • Photo du rédacteurLe cercle D.E.litt

Alabama 1963

Auteurs/Ludovic Manchette et Christian Nimiec/Lu pour vous par Marie Lalu


Nous sommes à Birmingham, en Alabama, en 1963. La ségrégation est prégnante dans la société. Les bonnes noires travaillent pour les blancs en entrant par la porte de service. Dans le bus, elles rentrent  par la porte du fond et sont cantonnées à l’arrière. Les quartiers sont catégorisés : pour les blancs, pour les noirs. Le Ku Klux Klan sévit.


C’est dans ce contexte que plusieurs fillettes noires disparaissent les unes après les autres. Elles sont retrouvées assassinées, violées. Leurs familles ne peuvent compter sur la police, pour laquelle les affaires qui concernent les « noirs » ne constituent pas une priorité. Le père d’une des victimes se tourne alors vers Bud, ancien policier, devenu détective privé et terriblement alcoolique depuis la mort de son co-éequipier.


Adela, bonne noire, va devenir sa femme de ménage, et son sésame pour enquêter dans les quartiers noirs où les blancs ne doivent s’aventurer.


J’ai beaucoup aimé suivre l’évolution de la relation entre Bud et Adela, mais aussi les échanges entre Adela et ses patronnes blanches ou avec ses amies bonnes comme elle.


Le lecteur se laisse manipuler et ce fut vraiment une grande surprise de découvrir le meurtrier ! A aucun moment, je n’avais envisagé cette piste !

 

C’est un roman policier qui se lit très vite, les dialogues monopolisent la narration et donnent beaucoup de rythme. Le fond historique très présent nous immerge vraiment dans cette Amérique des années 60 avec l’assassinat de Kennedy, le racisme, la ségrégation, les actions du Ku Klux Klan …

 

Les personnages sont très attachants et la fin du roman est très émouvante.

L’ambiance n’est pas sans rappeler le roman La couleur des sentiments, qui m’avait aussi beaucoup plu.

Un petit plus pour l’illustration de couverture vraiment réussie !


5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Juanita

Comments


bottom of page