• Le cercle D.E.litt

L’inconnu de la poste

Autrice / Florence Aubenas

lu pour vous par Rose-Lire

Cette enquête qui a pris sept ans à Florence Aubenas pour en reconstituer, vérifier toute la trame, se lit comme un roman et vous passionnera de bout en bout.

Il s’agit du meurtre d’une postière, Catherine Burgod, assassinée de vingt-huit coups de couteau sur son lieu de travail, une petite poste dans un village reculé de l’Ain près de Nantua, Montréal-la-Cluse. Il pourrait s’agir d’un énième fait-divers dans la France profonde donc, qui indigne autant qu’il est vite oublié… sauf que sous la plume de la journaliste, toutce petit monde obscur reprend vie.

La postière d’abord, pas encore défunte qui, après la fête de ses quarante ans, est convoquée à la gendarmerie de Nantua pour expliquer une tentative de suicide : son mari ne voulait pas divorcer et elle ne l’aimait plus.

Son père, DGS à la mairie, personnage important dans la commune, a réussi à la faire entrer à la petite poste pour l’avoir près de lui alors qu’elle a fait des études en pharmacie…

Ses copines, son Futur Ex, ses voisins, connaissances… tout le monde sera présenté de façon bienveillante, avec humour parfois, même les marginaux du coin qui traînent entre bars et logements miteux.

Et surtout, surtout, un drôle de personnage, Gérald Thomassin, acteur peu connu du grand public mais qui pourtant a eu un César du meilleur espoir masculin pour son rôle dans « Le petit criminel » de Jacques Doillon. C’est un marginal qui ne vit que pour ses films, refuse les interviews, dépense sans compter quand il a de l’argent, tape de petites sommes aux copains, n’a pas de méchanceté mais boit et se drogue parfois.

C’est un possible coupable, d’autant qu’il loge en face de la poste, pourtant les gendarmes, très consciencieux, explorent toutes les pistes ; un ADN est trouvé qui ne correspond à personne mais les journalistes, aimant le sensationnel l’attribuent à Thomassin qui sera suspecté, cuisiné et finira de guerre lasse par avouer…

On suit cette affaire avec passion et je n’ose vous révéler les ultimes rebondissements. …

Florence Aubenas est grand reporter au monde, son style est énergique, vivant et il émane de ses portraits, de ses descriptions, une immense générosité, une absence totale de mépris pour les différents protagonistes de cette histoire que ce soit les victimes, les gendarmes ou les accusés (sauf peut-être le vrai coupable mais bon… !) ce qui ne l’empêche pas de voir les défauts des personnages qu’elle ne juge jamais.

Trouvez ce livre au plus vite, vous ne pourrez plus le lâcher !



17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

14-18

Formulaire d'abonnement

©2020 par Le cercle D.E.litt. Créé avec Wix.com