• Le cercle D.E.litt

Lost Man

Autrice / Jane Harper

lu pour vous par Rose-Lire


Si vous commencez ce thriller psychologique de l’australienne Jane Harper déjà remarquée pour son fameux « Canicule », vous ne le lâcherez plus jusqu’à la dernière ligne.

Pas vraiment de sang pourtant, de crime peut-être, mais surtout une atmosphère angoissante dans cet outback désertique et hostile sous des températures inimaginables frôlant les 50° en ce mois de décembre.

Et là au milieu de nulle part, à mille cinq cents kilomètres de Brisbane, sur une piste séparant deux propriétés, se trouve, depuis un siècle, une stèle érigée en la mémoire d’un homme retrouvé mort déshydraté, un gardien de bétail probablement qui s’était égaré et, en ces parages, ça ne pardonne pas…

Or, voilà qu’au pied de cette stèle, un nouveau cadavre est retrouvé, mort de soif semble-t-il.

Il s’agit de Cameron, jeune propriétaire d’une de ces immenses propriétés, comptant des milliers de vaches presque sauvages.

Ses deux frères se rendent sur les lieux et se retrouvent après une longue absence.

Nathan, l’aîné, qui a quitté la maison familiale depuis longtemps, est un taiseux dont les nombreux coups durs essuyés, au propre comme au figuré, ont façonné le caractère. Il vient là avec son fils Xander, adolescent de seize ans, venu passer Noël dans la ferme de son père.

Le plus jeune des frères, Bub vit encore au ranch de Cameron dont il a des parts, avec sa mère, sa belle-sœur Ilse, ses deux nièces d’une dizaine d’années et quelques employés.

C’est le deuxième fils, Cameron donc qui s’est éteint là (si l’on peut dire) à une dizaine de kilomètres de sa voiture, bien équipée en stocks de nourriture et en état de marche. Bizarre !

Cameron avait toujours été le préféré de la famille, tellement charmeur, souriant, toujours avenant et plein de séduction. Evidemment, trop, c’est trop !

Et nous allons, en suivant les réflexions, les souvenirs de Nathan découvrir de nombreux secrets de la famille. Comme dans de nombreux romans, me direz-vous !

Mais là, les révélations sont amenées avec tant de dextérité, dans cette ambiance caniculaire où la survie doit être pensée à chaque instant, qu’on ne peut que s’attacher à Nathan et espérer avec lui un dénouement heureux.

Un suspense savamment dosé, des études de caractères sans concessions mais aussi sans lourdeur, et le tableau très vivant de la vie en ces zones difficiles, font de ce roman une réussite qu’on n’oublie pas de sitôt.




14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La chair

Formulaire d'abonnement

©2020 par Le cercle D.E.litt. Créé avec Wix.com