top of page
  • Photo du rédacteurLe cercle D.E.litt

Compte-rendu de la rencontre livres du 27 avril 2024

Le début de cette rencontre pourrait s'intituler frivolités puisque la conversation porta sur divers magasins intéressants de Villefranche ou Revel.

Les livres rendus furent commentés et l'on passa à la vie de la page Instagram qui a réussi à atteindre les 100 followers à la satisfaction générale.

Réflexions sur un petit concours pour marquer cette étape ....

 

Quelques livres furent présentés ensuite.

Allez vous faire foot.   Joyeux opus de Jacky Schwartzmann. Une citation du dimanche dans notre blog a redonné envie de reprendre ce court texte où l'auteur revoit simplement sa vie à travers cette passion dévorante. Pas besoin d'être fan de ce sport pour apprécier ce livret drôle, et en fin de compte très humain.

 

Quand la belle se réveillera  de Janine Boissard, roman passionnant qu'on ne peut lâcher où Alma, jeune femme se réveille enchaînée dans une étable  après avoir été droguée. Elle pense que son mari va la rechercher avec son ami gendarme. On voit le récit de sa captivité et elle s'attache à son ravisseur,. Syndrome de Stockholm ? Peut-être mais on le dépasse et les personnages sont attachants. C'est un de ces romans extrêmement prenant où l'on suit les aventures de divers protagonistes.

Cette présentation a été l'occasion d'évoquer ces autrices qui ont eu leur heure de gloire, il y a longtemps mais qui continuent de produire à des âges très avancés de beaux textes très variés pour le plaisir des lectrices.

 

Les amoureux de l'écluse de Lyliane Mosca. Roman de terroir et d'amour, où le fils d'une éclusière sur le canal de Bourgogne, dans les années soixante, va vivre une passion avec une très belle jeune fille allemande venue louer une chambre alors qu'il est fiancé à Lucie. Mais la jeune allemande va disparaître soudainement. Les émotions sont bien décrites et le roman est très captivant.

 

Mon oncle d'Australie de François Garde. Fiction sur les secrets de famille. Le grand-père a un grand oncle parti en Australie où il a fait fortune. Mais jamais cet homme n'est mentionné dans la famille, il est même interdit d'en parler. L'auteur va alors chercher ce qui a pu conduire à cela.

Le roman est un questionnement sur certains secrets, comment on arrive à étouffer l'existence d'une personne dans une famille, comment la vérité, la réalité est une chose plus déplaisante que les rêves qu'on peut avoir. La dureté de la vie des gens début 20ème siècle y est très bien dépeinte et on voit comme les conditions d'existence de cette époque étaient terribles...

 

Il ne fait jamais noir en ville de Marie-Sabine Roger, Recueil de nouvelles d'une grande douceur. On prend un énorme plaisir avec ces histoires vite lues, très bien écrites, originales, inhabituelles comportant une chute inattendue. Beaucoup de sensibilité dans ces récits passionnants, très doux comme le poussin  de la couverture du livre mais prenants par leur mystère.

 

Ce qu'il reste à faire de Maria de Chassey.  Sujet extrêmement délicat pour ce roman sur le temps qu'il reste à vivre à des malades et sur la relation mère-fille. Une mère récupère sa fille qui se trouve en soins palliatifs et la prend avec elle car elle est persuadée que seule elle-même peut mieux comprendre les besoins, les désirs de son enfant. Elle va donc se dévouer jusqu'à l'abnégation en lui consacrant sa vie. Elle est vite obligée d'avoir recours à un infirmier  et la jeune fille excédée par les soins de sa mère va choisir de se confier à lui. Sa mère en est choquée et malheureuse. Ce livre, pas triste, sans pathos, pose le problème du passage de relais entre la famille et les professionnels de soin. Il montre combien il est important de vivre le moment présent.

Une grande discussion s'est engagée alors entre les trois infirmières de notre groupe passionnées par le sujet, cependant les autres participantes ont écouté attentivement avec un grand intérêt.

 

Le droit du sol  BD d'Emile Davodeau au graphisme épuré. Il s'agit d'un périple de la Dordogne et ses grottes vers la Meuse. On y rencontre de multiples personnages intéressés par la nature. L'auteur livre ses pensées philosophiques sur des problèmes de climat, de pollution. C'est passionnant et terriblement actuel.

 

Le jardin de ciment de Ian McEwan. Livre court mais très dérangeant par son intensité. L'auteur anglais y  dépeint  l'histoire de quatre frères et sœurs élevés par un père rigide qui fait bétonner le jardin (d'où le titre). Quand il meurt, c'est un soulagement. Cependant la mère tombe malade et quand elle disparaît les enfants se retrouvent seuls dans une atmosphère malsaine, glauque. Le narrateur est l'aîné de la fratrie et racontera cette vie privée d'interdits dans une banlieue anglaise très pauvre où l'on retrouve l'ambiance grise des films de Ken Loach.

Occasion de se souvenir de Sur la plage de Chesil ou Solaire de ce merveilleux auteur.

 

Billy Summer de Stephen King. Thriller passionnant malgré un début un peu long mais passé les 300 premières pages (le livre en compte 700), on est emporté par l'action. Il s'agit d'un tueur à gages  qui n'a consacré sa carrière qu'à éliminer des méchants. Il voudrait décrocher mais on lui confie un dernier boulot : il doit éliminer un violeur. Évidemment tout ne va pas se passer comme prévu : Billy ne sera pas payé et se trouvera en grand danger. On accroche bien à l'histoire , certains souvenirs de guerre sont lourds, certes, mais on s'attache à cet homme qui malgré ses actions est une bonne personne.

 

Les jours fragiles, roman de Philippe Besson extrêmement délicat et poignant. Les six derniers mois de la vie d'Athur Rimbaud avec un mélange d'espoir et de désespoir sont évoqués avec des mots justes. On voit bien, l'éducation, les mœurs de l'époque, on souffre avec Rimbaud et on déteste cette mère de marbre, sans empathie pour son fils. Mais c'est la sœur d'Arthur qui porte le récit, plein de poésie et d'humanité, d'amour. Un roman magnifique à ne pas manquer.

 

Tu verras, les âmes se retrouvent toujours quelque part de Sabrina Philippe. Délicieux roman sur l'amour. Une jeune femme rencontre une dame dans un café qui lui raconte son passé amoureux et une délicieuse complicité s'installe. Ce livre amène des réflexions sur l'âme sœur.

L'écriture est passionnante, les chapitres captivants  et la fin est troublante.

 

Là se sont terminés les commentaires bien organisés sur les romans apportés pour passer à une conversation à bâton rompus sur la médiocrité de certains livres de New Romance que les jeunes ados s'arrachent et qui  non seulement sont d'une vulgarité littéraire incontestable mais propagent des idées vraiment douteuses.

 

Le goûter plus copieux que jamais avec gâteau au yaourt, cake, anisous, moelleux au citron, meringues, arrosés d'infusion parfumée au gingembre et de jus de fruit amena une franche gaîté, de nombreux éclats de rire peut-être pour compenser  l'absence de feel good dans les ouvrages, excellents certes, présentés ce jour.

 

La prochaine rencontre aura lieu le 1er juin en raison d'une randonnée avec fête du pain  programmée le 25 mai. Pas de problème : le groupe qui se tient au courant de diverses activités sait s'adapter.







 

20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page