top of page
  • Photo du rédacteurLe cercle D.E.litt

Les grandes affaires criminelles d'Occitanie

Auteur/Patrick Caujolle/Lu pour vous par O'no


Dans son avant propos l’auteur avertit le lecteur de la manière dont il va rendre compte des faits que très minutieusement il a recueillis en consultant, journaux, procédures, microfilms. Un vrai travail de fourmi ! Il s’est donc imposé de s’en tenir aux faits et strictement aux faits.


Il s’est penché sur 25 affaires criminelles qui ont eu pour cadre cette vaste région historique et géographique d’Occitanie. Les récits se sont  déroulés à des époques différentes mais ils ne sont relatés ni chronologiquement ni sans qu’il soit établi une hiérarchie au regard de leur monstruosité. Le plus ancien remonte à 1761 avec l’affaire Calas et le plus récent en 2000 avec l’affaire Viguier qui n’a toujours pas été élucidée.


La jalousie, le viol, la convoitise, le racisme, la vengeance, la bêtise, la couardise, le complot politique,  sont autant de mobiles qui ont conduit les protagonistes à perpétrer des crimes d’un tel degré de sauvagerie qu’ils ôtent toute humanité à ceux qui les ont commis. De nombreux drames se sont noués dans le huis clos familial, nourris de sentiments qui vont bien au-delà de l’irrespect et de l’indécence.


L’intérêt de ces récits n’est cependant pas que factuel, il réside aussi dans la mise en lumière du fonctionnement de la justice et de l’évolution des mentalités. On assistait à l’exécution de la peine capitale  par la guillotine comme on assiste à un spectacle. L’abolition de la peine de mort date du 9 octobre 1981 et on s’indigne de ce qu’elle puisse être encore présente dans de trop nombreux pays dans le monde.

On constate que les erreurs judiciaires ont toujours existé et que la vindicte populaire ou médiatique sévit toujours. Les jugements ne sont pas forcément équitables et si certains ont échappé à la peine capitale d’autres ont été sévèrement jugés « sans autre forme de procès ».

Triste constat, la justice est faite par les hommes mais manque d’humanité.


Chaque récit est unique, la grande majorité relate des crimes horribles dont la férocité, la barbarie sont d’une insoutenable cruauté. Les affaires ayant un rapport direct avec l’Histoire comme l’incontournable affaire Calas, celle du procureur Fualdès en 1817, certainement victime d’un complot visant à rétablir la royauté, ou le massacre de la grotte de Lombrives en 1802, ont retenu plus particulièrement mon attention.


J’ai acheté ce livre au premier salon du livre qui a eu lieu à Avignonet-Lauragais le 26 novembre 2023. C’est le titre qui m’a interpellée. Je ne suis pas attirée par les romans policiers or, ce livre n’est pas un roman policier, mais bien un recueil d’affaires criminelles sur lesquelles j’ai appris.


A vous lecteurs de donner votre avis.


19 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page