top of page
  • Photo du rédacteurLe cercle D.E.litt

Frangines

Autrice/Adèle Bréau/Lu pour vous par Rose-Lire


Une belle maison, La Garrigue, près de Saint-Rémy de Provence, est en fait la principale héroïne de ce roman foisonnant.

Il nous fera découvrir et nous attacher à la vie de trois sœurs : Mathilde, l'aînée, éblouissante, aimant plaire et commander, Violette, très proche en âge, pleine de complexes mais pourtant magnifique et Louise bien plus jeune, infirmière à domicile, discrète et très dévouée aux autres.


Chaque été, elles se retrouvent dans cette maison que leurs parents ont achetée pendant leur enfance et où eux-mêmes sont finalement venus vivre à plein temps.


Nous allons suivre leur parcours avec des retours en arrière, des rebondissements surprenants racontés avec tendresse et humour du point de vue des divers protagonistes.


Adèle Bréau est vraiment habile pour susciter l'empathie du lecteur à l'égard de ses personnages à facettes qui au gré des pages peuvent paraître attendrissants ou carrément exaspérants.

Pris par notre lecture, nous interprétons mal certains détails et nous nous retrouvons manipulés, stupéfaits pour notre plus grand bonheur. C'est pourquoi, il serait dommage de raconter trop de détails sur la vie de ces «frangines» et des personnages qui gravitent autour d'elles : ce serait vraiment gâcher le plaisir de la découverte.


Cependant vers la fin du roman, j'avouerai que, quand même, la multiplication des coups de théâtre, des anciens secrets révélés m'a un peu fatiguée et je ne pouvais m'empêcher de comparer avec un roman de cette autrice, lu précédemment mais plus récent et qui m'avait enthousiasmé.

«Haute saison» est remarquable par sa sobriété, sa concision ; évidemment on y retrouve ce choix du mot juste, l’ambiguïté de certains personnages, le côté psychologique montrant comme les héros  préfèrent se confier à des inconnus plutôt qu'à leurs proches, un petit côté vachard dans le détail. Mais tout y est plus clair, axé dans le moment présent. Dans cette histoire, nous suivons un groupe de vacanciers dans un club de vacances sur la Côte Basque.


Des deux romans, se dégage une grande humanité. Tous les personnages que ce soient les enfants, les ados, les quadras ou les vieux sont dépeints avec acuité et toujours au final avec de la bienveillance.

Il serait bien dommage de manquer ces romans qui sans être les feel good classiques nous donnent beaucoup de plaisir, nous laissent satisfaits.


15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page