top of page
  • Photo du rédacteurLe cercle D.E.litt

Paresse pour tous

Auteur / Hadrien Klent / Lu pour vous par Clothilde Il est Prix Nobel d’économie et se réveille un beau matin, de retour à Marseille après un exil aux États-Unis en se disant que la seule manière de faire avancer ses idées « universitaires » est de se présenter à l’élection présidentielle. Cette possibilité, d’abord perçue comme une boutade dont lui-même peine à croire et à donner du sens, elle devient une véritable possibilité à laquelle ses amis souscrivent pour la plupart.

Il consulte comme on dit dans le milieu de la politique pour finalement se lancer. Sur quel projet ? La paresse pour tous, évidemment !

Je vous vois derrière votre écran en train de lever les yeux au ciel, de commencer à râler contre ces fainéants qui ne savent plus quoi inventer pour devenir des oisifs professionnels ! Que nenni. Si vous vous êtes intéressés au projet de « revenu universel », si la question du partage du travail et de la réduction du temps de travail vous intéresse, alors ce livre est fait pour vous.

Au travers de la campagne électorale qui va durer 1 an, racontée sous la forme d’un journal, on découvre l’argumentation en faveur de ce projet politique avec ses questionnements, ses remises en cause.


Franchement, le livre est ludique mais foncièrement intéressant car il ouvre des perspectives et notamment sur la dichotomie entre « ne pas travailler » et "ne rien faire". La thèse repose sur l’utilité sociale du temps dégagé, en termes de réduction des maladies liées au stress, au surmenage, d’augmentation du temps donné au collectif via le bénévolat. Et une utilité environnementale avec moins de pression sur les écosystèmes par réduction des déplacements, des investissements pour créer des bureaux et plein d’autres choses.

Ce livre est un vrai projet de société sous des dehors de fable. Lisez-le avant les repas de fin d’année quand l’oncle Jules vous dira que ces jeunes sont tous des fainéants avec leur télétravail. Vous saurez quoi lui répondre pour qu’il pique du nez, tout penaud, dans sa bûche.




20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page